MAE
MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

MAE : « 32 Officiers malgaches déployés à la MINUSTAH »

Une grande première dans l’histoire de déploiement des Officiers de Police malgaches au sein des missions de stabilisation des Nations Unies ! Le Ministère des Affaires étrangères a réussi à faire déployer  à titre contractuel presque la totalité des candidats que le Gouvernement malgache a proposés. Ils sont au nombre de 32 Officiers de Police (Police et Gendarmerie) à servir au sein de la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation en Haïti (MINUSTAH) pour une période de deux ans. La Ministre des Affaires étrangères Atallah Béatrice s’est montrée très fière d’avoir marqué un coup. Interview :

Question : Le Gouvernement malgache par  le truchement de votre Département a pu faire déployer 32 Officiers de Police au sein de la MINUSTAH. Quelle en a été la stratégie du MAE ? 

Réponse : Le Département des Opérations de Maintien de la Paix (DPKO) a saisi notre Département au mois de mars dernier demandant au Gouvernement malgache de lui fournir des meilleurs Officiers de police et de gendarmerie. Nous avons pu boucler, avec le Ministère de la sécurité Publique et le Secrétariat chargé de la Gendarmerie, le dossier en 4 mois. Les 32 Officiers sont déjà sur place pour servir au sein des Nations Unies. Intégrer la Mission des Nations Unies n’est pas chose facile. Nous avons encouragé les deux Départements concernés à proposer des meilleurs éléments pour l’honneur et l’image de Madagascar. Par la suite, mon département par le truchement de notre Représentation Permanente à New York a effectué des lobbyings et des négociations auprès du DPKO tout en procédant à des suivis continus du dossier. Le résultat des négociations s’avère palpable actuellement.

Question : Comment interprétez-vous cette présence importante des Officiers malgaches au sein des Nations Unies en Haïti ?

Réponse : J’interprète ce déploiement comme une victoire de l’approche diplomatique du MAE. Presque la totalité des candidats proposés sont retenus par le DPKO. A mes yeux, il s’agit là d’une confiance incontestable des Nations Unies à l’endroit du Gouvernement malgache. Il faut aussi signaler que le retour à l’ordre constitutionnel,  et par extension le retour de Madagascar dans le concert des Nations, suppose une certaine responsabilité. Sur ce point, le Ministère des Affaires étrangères a assuré une de ses missions qui est de garantir la visibilité de Madagascar sur le plan international.

Question : De quelles missions seront-ils chargés au niveau de la MINUSTAH ?

Réponse : Je tiens d’emblée à préciser que nos Officiers ne sont pas envoyés en Haïti pour participer à une guerre ni à un combat. Les responsabilités de nos Officiers détaillées par la note du DPKO s’avèrent très claires. Elles sont, entre autres, de fournir de l’assistance technique à la police locale en matière de planification et d’organisation de plusieurs opérations de police, d’encadrer la police haïtienne  dans le maintien de l’ordre durant les périodes électorales. En un mot, ils effectuent une mission de Police civile dénommé, selon le jargon onusien, «  Individual Police Officers » qui se chargent du renforcement de la sécurité et la protection durant la période électorale et d'aider à la restauration et au maintien de l'état de droit, de la sécurité publique et l'ordre public en Haïti.

Question : Ne trouvez-vous pas que Madagascar est pourtant sous-représenté dans les missions de stabilisation des Nations Unies ?

Réponse : Cela peut être vrai comme il peut être discutable. Je ne vous donne que quelques exemples concrets: le Sénégal déploie approximativement 2500 Officiers de Police déployés dans toutes les missions de stabilisation des Nations Unies. En 2013, le contingent burkinabé était estimé à 35 soldats au sein de la MONUSCO, 23 pour l’ONUCI et de 54 pour la MINUSTAH. Le Sénégal quant à lui déployait respectivement 151, 530 et 300 soldats pour ces missions. Pour le cas de Madagascar, notre contribution est peut-être timide mais il ne faut pas oublier que presque la totalité des candidats proposés sont retenus. Nous avons proposé aux Nations Unies des ressources expérimentées ayant une bonne conduite. Pour moi, le plus important, c’est d’être mieux représenté aux missions des Nations Unies que d’être surreprésenté.

Question : Quelles sont par voie de conséquence les intérêts de Madagascar  d’avoir mis les 32 Officiers à la disposition des Nations Unies ?

Réponse : Au-delà de la visibilité de notre pays dont j’ai parlé plus haut, il ne faut pas oublier que les Officiers en question disposeront, au terme de leur mission, d’expériences étendues en matière de maintien de la paix et de sécurité internationales. Lesquelles seront sûrement applicables au niveau national. Ils pourront constituer des éléments parfaitement intéressants pour le bien de notre sécurité nationale. Je propose que les questions de paix et de sécurité soient insérées dans le programme des grandes écoles militaires et paramilitaires à Madagascar. Par ailleurs, l’engagement d’un certain nombre d’États africains à contribuer de manière significative aux effectifs des missions des Nations Unies peut s’expliquer également par une logique financière. Les Officiers malgaches sont mieux payés en dollars par les Nations Unies. Il serait sûr que c’est dans leur pays qu’ils iront utiliser la grande partie de leur salaire. Il s’agit là d’un intérêt économique aussi bien pour nos Officiers que pour Madagascar. En sus de cela, en sa qualité de membre des Nations Unies, participer à ses activités constitue un engagement.

Question : Votre mot de la fin Madame le Ministre

Réponse : Défendre l’image de Madagascar à l’extérieur n’est pas chose facile. Je suis profondément reconnaissante envers nos Officiers, de leur volonté louable, ainsi qu’à leurs familles respectives. Je comprends parfaitement  la situation quand on vit loin de celles-ci pour une période assez longue. Ainsi, je souhaite plein de succès à tous les concernés ainsi qu’à leurs familles. Je souhaite également à la population haïtienne un retour à la vie normale, de manière pacifique.

Recueilli par RANAIVOMANANA Olivier Volatahiana

Direction de la Communication



B.P 836, Rue Andriamifidy,
Anosy 101 Antananarivo - Madagascar
Mail: info-web@diplomatie.gov.mg

© Copyright 2015 - MINISTÈRE DES AFFAIRES ETRANGÈRES